Je ne signale , dans cette rubrique, que les encriers "A lire absolument" et "Chef d'oeuvre" par respect pour les auteurs classiques et par mesure de ma propre analyse : bien faible .

LES GRANDS CLASSIQUES

Retour à mes 16 ans et re-lecture des 6 tomes du Comte de Monte Christo d'A.DUMAS. Quel régal que l'utilisation de cette belle langue Française et quelle jubilation à l'éternelle histoire de la vengeance.

Petite promenade dans les Corons aux temps où l'exploitation des enfants était chose courante. On est parcouru de frissons d'horreur et on a du mal à y croire. Mais c'est tellement bien observé et écrit ...

je continue ma quête des grands Classiques en lisant l'Assommoir . Pas de quoi remonter le moral quand on voit l'effarante descente en enfer de l'héroîne...Mais la lecture est toujours aussi précise, même si , ici, elle ne fait pas rêver.

Grâce à ma liseuse et le téléchargement gratuit de l'intégrale de l'oeuvre de ZOLA (dont je ne lirai certainement que le quart ...) j'en arrive à Madeleine Ferat, roman sans grande envergure qui semble fait pour faire pleurer la veuve et l'orphelin. Mais c'est le chemin normal des Rougon...

un peu lent !! Même si la charge de ZOLA sur l'église est violente..on voit apparaître les première folies de....famille.

Que de belles et bonnes choses, pour l'oeil et le palais et les descriptions sont d'une clarté et d'une précision absolues. Un pur chef d'oeuvre !!

Les descriptions sont absolument somptueuses, même si l'intrigue est un peu faible ( le bagnar qui vient et repart au bagne). Que d'inspiration !!

Mais, à ma grande surprise, c'est un Polar que cet ouvrage. Tout y est ! faux accusés, vrais coupables, enquêtes bâclées, dissimulation de preuves....en fait c'est après une e nième diffusion du film de RENOIR que l'envie m'est venue de relire, plutot de continuer à relire et lire zola, le tout pour continuer mes lectures en TGV, il est vrai loin de la vapeur.

il serait vain et bien présomptueux de classer les ZOLA : tout a été écrit. Mais le plaisir est là ( à différents niveaux évidemment quand l'ensemble compte 63 romans). Je me bornerai donc à classer et à attribuer mes encriers.

ah retomber en 1961 : mes quinze ans ou peut être un peu après. J'avais oublié le plaisir que l'on peut prendre à la lecture de grands classiques à un âge où on est plus obligé de les lire. J'espère que les tomes suivants seront comme ce premier, en tous points passionnants et bien écrits.

Une belle langue française loin d'être , comme pourrait le faire croire la date du roman, désuète. Un régal !!

Que dire de cette nouvelle "titre" sinon de se reporter au slogan de ce site : RELIRE. Oui relire et relire encore tant la richesse de l'intrigue invite aux plus effrénées reflexions voire fantasmes. On y retrouve, pêle mêle la solitude, l'ostacisme, la famille...enfin que sais je encore !

La langue est magnifique et fluide. En tant que simple lecteur c'est le plaisir à l'état pur d'une oeuvre qui vous emmène où vous voulez et quand vous voulez. Ne pas se fier à une première lecture rapide , même si le nombre de pages vous invite à le faire, non revenez y plusieurs fois : quels chocs successifs.

n'aurais je pas été un poil  présomptueux  en téléchargeant, sur ma liseuse il est vrai pour un peu plus de 2 €, l'intégrale de ZOLA, car , quelquefois je lis en diagonale car c'est ultra détaillé, un tantinet longuet mais quelle écriture !

Quelle belle langue et magnifique écriture. Tout est dans le détail ( peut être un peu trop pour des gens pressés !!) . La description de fin de siècle des moeurs est remarquable. Comment mettre ainsi une appréciation personnelle ?

D'une lecture un peu désuète cet ouvrage se parcourt avec plaisir  mais surprise car un thème y est développé : celui des luttes de religion dans un pays où , il est vrai, on pouvait s'y attendre. On est accompagné par Modestine ( en fait une ânesse)  et son Maître Ecossais qui semble se délecter de ses rencontres. 

Voilà déja quelque temps que je voulais relire ce grand classique. J'ai été déçu, sans doutes de ne pas retrouver mes quinze ans mais plus de la difficulté que j'ai eue de relire. J'ai feuilleté une encyclopédie de la chasse à la baleine et ce n'est, sans doutes pas, ce que j'en attendais. Les très belles pages de rapports humains du Capitaine et de ses hommes, ainsi que les scènes de chasse sont très fortes.

C'est amusant et instructif de se retrouver au sein du premier grand magasin de Paris avec les équipes, les chefs, les clients..

Quel régal de se replonger dans les lectures de ses quatorze ans. Même un Grand Père peut encore rêver accompagner Long John Silver dans ses voyages. Et quelle belle langue, même avec ses anachronismes ! En plus c'est une édition NELSON de 1930 ayant appartenu à mon Grand Oncle Marc .

Oui non seulement à relire, mais à faire lire aux nouvelles générations du moins celles qui arrivent à décrocher de leurs tablettes !!

commencer cette nouvelle rubrique par "Les Trois Mousquetaires" d'Alexandre Dumas c'est me rajeunir de.... (trop !!). Mais quel régal dans ces 2 tomes, en plus dans une bibliothéque que j'affectionne particulièrement : la Nelson !! 

Quelle belle langue que celle de Monsieur DUMAS , même si elle paraît, aujourd'hui, un peu désuète. Bien sûr il n'y a pas de Yo, Ziva, ta mère et autres conn..... L'imparfait du subjonctif dans la bouche de Planchet c'est un autre monde de littérature et de français.