MES APPRECIATIONS SUR ....

Mes lectures ESSAIS, DOCUMENTS, BIBLIOGRAPHIES et DIVERS jusqu'en 2015

A LIRE ABSOLUMENT : SURLIGNE EN MARRON ET GRAS

 

 

 

DU BIEN ETRE AU MARCHE DU MALAISE   N. MARQUIS

LE TRANSCORREZIEN  G. GANNES

LA FRANCE PERIPHERIQUE C. GUILLUY

L'HOMME QUI MENT M. LAVOINE

JE SUIS UN ETRE EXQUIS  J. YANNE

BALLADE IRLANDAISE  F. AUBERJONOIS

MEMOIRES D'UN PERFECTIONNISTE  J. WILKINSON

LE SUICIDE FRANCAIS  E. ZEMMOUR

IMMORTELLE RANDONNEE  JC RUFIN

 MAGELLAN   S. SWEIG

VOYAGES  EN ABSURDIE  S. DE GROOT

LES TWEETS SONT DES CHATS  B. PIVOT

STEFAN ZWEIG  L'ami blessé D. BONA

ON NE MEURT QU'UNE FOIS....P. PELLOUX

QUATTROCENTO  S. GREENBLATT

MALICORNE

28 BD DES CAPUCINES  D. MCNEIL

CHARLES DE FOUCAULT  R. BAZIN

A SE TORDRE  A. ALLAIS

LE GOUT DE L'HUMOUR JUIF   MEDIONI

PATRICK DEWAERE UNE VIE   C. CARRIERE 

GRANDS PARENTS A VOUS DE JOUER  M. RUFFO

LE MEILLEUR DE LA MECHANCETE S  .BAILLY

LA CHINE A PARIS   R BERAHA

SIBIR  D. SALLENAVE 

  L'ECOLOGIE EN BAS DE CHEZ SOI  I. GRAN

LES CROISADES    RILEY SMITH

LES CROISADES  ANGUS KONSTAM

UNE QUESTION D'ORGUEIL  ASSOULINE

LA CONSPIRATION DARWIN  J. DARNTON

JEAN FERRAT UNE VIE

LE CIMETIERE DE PRAGUE   UMBERTO ECCO

MICHEL AUDIARD   PHILIPPE DURANT

QUITTE A AVOIR UN PERE AUTANT QU'IL S'APPELLE GABIN  

MON TRAITRE  CHALENDON

HITCHCOCK   TRUFFAUT

BERNARD BLIER UN HOMME FACON PUZZLE  JP GUERAND

TRISTES TROPIQUES   CLAUDE LEVI STRAUSS

FRANCOIS BAYROU UN AUTRE CHEMIN

POUR EN FINIR AVEC CE VIEUX MONDE

LE DESESPOIR DES SINGES   FRANCOISE HARDY

METRONOME   LORAN DEUTSCH

MA GRANDE VADROUILLE   GERARD OURY

EREVAN  GILBERT SINOUE

LA TRAGEDIE DU PRESIDENT   F. OLIVIER GISBERT

LE QUAI DE OUISTREHAM  FLORENCE AUBENAS

EN ATTENDANT ROBERT CAPA   S. FORTES

DES GENS TRES BIEN   ALEXANDRE JARDIN

A CAPPELLA  PIERRE PERRET

SECRETS DE FABRICATION   MARTIN HIRSCH

MEME LE SILENCE A UNE FIN   BETTANCOURT

LA RIVIERE AU BORD DE L'EAU  O. WITELEY

MEMOIRE CAVALIERE   P. NOIRET

LA CHINE EN DIX MOT    YU HUA

TINTIN ET LE SECRET D'HERGE   P. TISSERON

20 ANS PENDANT LA GUERRE D'ALGERIE     R. DELPARD

WORLD TRADE CENTER 47 ième ETAGE    B. DELLINGER

LA FACE CACHEE DU 11 SEPTEMBRE  ERIC LAURENT

DES HOMMES D'ETAT    B. LEMAIRE

 

 

 

 

etude particulièrement approfondie et souvent , hélas, incompréhensible, par le vulgum pécus que je suis. J'y retrouve, cependant, les grandes lignes de ce que j'ai constaté en pratiquant le développement personnel qui est ici, bien plus valorisé - avec les prudences nécessaires - que dans un rapport approximatif fourni par le sénateur de la Haute Savoie - JC CARLES - dans les années quatre vingt dix.

livre à fort pouvoir affectif pour votre serviteur -photographié à l'âge de 10 ans sur une des locomotives - qui nous plonge dans les délices des petits trains secondaires de la campagne corrézienne aujourd'hui complètement abandonnée et livrée à son sort; Les témoignages sont touchants et d'une autre époque.

Dommage que ce livre soit un peu de bric et de broc : on pouvait, sans doute, faire mieux et replonger dans le contexte de l'époque d'une façon plus approfondie et moins limitée à la campagne et aux anecdotes inutiles.

Analyse très pertinente de l'état de la France en 2015. Face à l'abandon des campagnes et à la montée des Métropoles l'auteur trace un portrait au vitriol à peine polémique qui s'élève devant la doxa de nos dirigeants. Il est quand même étonnant , encore une fois, de constater que nos élus sont bien loin des préoccupations des petites gens qui ont fait la force du PC à la fin de la guerre. Tout a basculé au FN. Les chiffres sont ultra précis et peu discutables tout comme la photographie instantanée de la population des encartés politiques.

A lire absolument pour remettre " les pendules à l'heure" quand on entend tout et son contraire dans des débats Bobo et tristement inefficaces. Dommage qu'i n'y ait pas ou peu de solutions proposées. On n'a pas le droit de s'imaginer qu'il n'y a que la solution de porter au pouvoir "ceux qu'on aurait pas essayés"

Bibliographie ? sinon une partie. Le portrait, sans complaisance, de son Père : oui. Comme beaucoup d'artistes MARC LAVOINE s'était épanché sur sa sexualité, mais peu sur ses Parents; Le portrait est attachant même si l'homme est particulièrement compliqué....à lire rapidement

Pourquoi pas ? en 2 heures c'est plié. Mais on ne peut nier qu'il y ait, outre des éclairs de lucidité, du talent et des formules.

volà bien un personnage que j'ai bien aimé en me souvenant des premières armes avec Jacques Martin . Il nous livre ici, voilà déjà presque 20 ans, des maximes toujours actuelles. Un régal pour les anciens comme moi du temps où le parler-écrire libre existait encore.

Parce que tout le monde ne peut goûter un tel humour qui fût, en son temps, assez dévastateur !!

Papie AUBERJONOIS nous livre ici son Irlande qu'il voit à travers ses voisins et rares amis sur l'Ile. Vaudois exilé aux USA, j'imagine que son choix ne fût guère facile mais il a l'air de s'y plaire. Il relate les habitudes, les coutumes les mots et expressions qui diront, sans doutes, beaucoup de choses aux "initiés". Un certain plaisir avec quelques pointes d'humour.

Un style très agréable, quelquefois moqueur ( ah l'humour Vaudois !) et surtout un sens de l'observation mâtiné d'un oeil Américaino/ Suisse font de ces chroniques un ouvrage attachant. D'autant plus, je l'imagine, si on des racines de la verte Erin.


NB : if you want this book is for you Frances !!

Amateur de rugby,  ce joueur m'a donné beaucoup de joies sur les Terrains. Mais sa littérature n'est pas bonne, pas de plan, de multiples redondances.. bref aucun intérêt.

A éviter et celà peut même ternir un peu son image....les histoires ont très peu d'intérêt.

eh oui j'ai sacrifié à la mode, mais c'était un cadeau. Les impressions générales à l'issue de ma lecture sont nombreuses. La première est qu'une thèse développée ici n'est  ni plus ni moins malsaine qu'une autre ; La deuxième est que c'est diablement etayée par une foule de citations historiques ( Chateaubriand entre autres ) que je suis bien incapable de demêler ; la troisième , enfin qu'il est difficile de faire la part des  choses tant certains faits sont patents mais politiquement incorrects  ( la population carcérale -repris par A. Juppé-, le regroupement familial, De Gaulle..). Il faut, à mon avis, en dehors de toute polémique lire ce livre qui, si on va jusqu'au bout de sa lecture, annonce clairement qu'il ne propose aucune solution. Prenez vite un autre livre sur les réussites mondiales des TPE Françaises pour vous remonter le moral !

 

La lecture est agréable, documentée. Monsieur ZEMMOUR sait écrire en bon français. On attend la même chose avec des solutions. Je persiste et signe sur le fait de lire absolument cet ouvrage avec ses fortes références historiques et sa dose de non politiquement correct. Se faire une idée : l'essentiel !

l'auteur nous révèle  son hésitation à nous raconter son "chemin". Merci à ses éditeurs d'avoir insisté car il nous livre sans pathos, sans prosélytisme, sans vocabulaire "académiqu" son "immortelle randonnée" vers Compostelle; On tremble avec lui le long de chemins dangereux encombrés de voitures, on partage son admiration du Pays Basque et on réfléchit avec lui , en toute simplicité sur le but de ce périple. On sourit aussi aux adeptes de la préparation light et des encombrants très lourds et inutiles; Bref un vrai plaisir de lecture et , sans doutes, de relecture.

Pour le style heureusement loin d'être académique mais limpide ....pour le suspense ....pour l'humilité. Bravo !

lecture agréable, enquête "serrée" sur ces explorateurs à la destinée hors du commun. Magellan est décrit comme un homme très organisé au point, en tant que Portugais, d'accepter des subsides espagnoles pour réaliser son voyage. Son périple ira au delà de la découverte de Collomb.

c'est très précis et documenté loin des habituelles descriptions d'état d'âme des héros de SWEIG.

la presse, encore une fois dythirambique, baptise ce livre de "révélation " (heureusement précisée "déjantée") . Eh bien il vaut beaucoup mieux le voir et l'écouter sur la chaîne de "bobos" C+, car le livre est particulièrement mauvais et rempli de blagues à 2 cts d'euros...;tout le monde ne peut pas être DEVOS et quand on ne joue pas dans la même cour on ne peut pas se rencontrer. Celà n'enlève rien au personnage et à l'acteur intéressant et talentueux, mais faire du fric avec une prestation uniquement drôle à l'oral n'est pas donné à tout le monde !

a éviter à la lecture, mais à voir en vrai !! je ne rajoute rien.

Amusant, distrayant souvent drôle que ce relevé de tweets ( plus ou moins officiels ?). Je ne résite pas au plaisir de vous en transmettre quelques uns :

"on comprend que le temps de la vieillesse est arrivé quand notre corps nous donne de plus en plus d'émotions et la vie de moins en moins"

"le E de femme se prononçant A, il comprit, dès l'école, qu'avec les femmes  ce serait compliqué"

"dans une très belle photo il y a souvent du hasard, rarement dans un très beau texte"

"les bons photographes ont un oeil, les bons romanciers ont un regard"

"la vraie réussite, c'est dêtre jalousé pour ses qualités et admiré pour ses défauts"

"pour les uns un couteau est une lame, pour d'autres c'est un manche"

"au restaurant nous devrions avoir deux fourchettes, la seconde pour goûter dans l'assiette des autres"

Pas mal du tout ! en plus c'est très souvent anonyme et là difficile de briller en disant que c'est de ....TWITTER, mais tant pis !

Magnifique travail que celui de la biographe DOMINIQUE BONA où l'on découvre cet écrivain élégant et profond, mais pas toujours d'un abord facile pour un béotien comme moi. On apprécie la richesse de l'analyse et la documentation de cette bibliographie. La lecture préalable devrait en être obligatoire avant de commencer la lecture , ne serait-ce, que du premier ouvrage de ce grand écrivain. Je m'aperçois que mon choix n'a pas été le meilleur et que je dois en lire encore bien d'autres ( la pitié dangereuse, le chandelier enterré , diverses bibliographies...)

a lire absolument, voire à conserver pour la richesse de la documentation et la facilité de lecture. La simplicité des analyses - sans prétention mais profondes -  est également à saluer.

Bon j'avoue avoir découvert par hasard le thème de ce livre, croyant que notre syndicaliste médical en mettait encore une couche ! Eh bien j'ai pris beaucoup de plaisir, même si c'est un peu violent à ce livre original . Les descriptions sont souvent glauques mais teintées d'humour. A lire absolument !!

l'auteur a du style, enfin le sien. De l'humour, même s'il est un peu carabin ! mais le plaisir est là !

ah on n'est pas peu fier d'avoir pris le temps de finir cet ouvrage qui vous donne l'impression d'être plus cultivé après sa lecture qu'avant. L'intrigue est tout à fait passsionnante : un "dingue" de livre : Le Pogge ( de son vrai nom Poggio Bracciolini) trouve au début du XV ième siècle une copie de "De rerum natura" de LUCRECE (1ier siècle avant JC) : un ouvrage tellement sulfureux que les Catholiques n'ont eu le droit de le lire qu'à partir de....1966; Il est vrai que, pour un catholique, ça "secoue" sérieusement. Le Pogge nous entraîne dans les coulisses d'une Papauté pour le moins surprenante et dans une Florence très animée. Un régal à relire .

Un travail d'érudit, formidablement documenté, précis et très agréable à lire. La traduction de CECILE ARNAUD est donc parfaite du moins pour le résultat n'étant pas du tout à la hauteur de jongler avec la langue de cet auteur Américain , prix PULITZER 2012.

Réflexions qui ne sont , manifestement pas, à ma faible hauteur de pensée. Malgré une présentation voulue très didactique, les concepts approchés sont souvent difficiles à saisir. Mais quel bel effort et, sans doutes, pour un esprit plus scientifique que le mien, beaucoup de plaisir aurprès de l'auteur grand pédagogue et trop...modeste.

a lire , relire et encore relire pour se situer dans le monde des abstractions, théorèmes et autres grandes pensées. Mais il faut prendre son temps et savoir abandonner quand, vraiment ,on est ....largué !

J'ai eu du mal à entrer dans ce petit livre délicieux, c'est peut-être, la disparition ( pas totale) de mon côté enfant. Avec un peu de patience on se prend au jeu et on combat ce dictateur qui veut que l'on utilise que 12 mots. On découvre aussi plein d'anecdotes sur les....mots.

Monsieur l'Académicien va m'en vouloir. Je sais que c'est un très grand défenseur de la langue Française et il est aussi fort sympathique. Alors je n'hésite pas : à lire, sans doutes mais  aussi à relire.

Témoignage un peu décousu d'un artiste méconnu et peu médiatisé. La traitrise c'est qu'on veut lire malgré tout car celà nous ramène, un peu, à notre jeunesse. En fait peu d'intérêt, voire pas du tout.

je mets BOF pour ne pas écrire A EVITER. On a du mal à croire , tour à tour, à la bonne fortune ( les aménagement à New york ressortent du foutage de gueule pour un artiste désargenté!!) et presque à la mendicité....

quelle somme !! pour ceux qui, croyants ou non, veulent découvrir ce qu'est un Saint, sans remonter très loin ( début du XXième siècle ) lisez la vie de cet ex officier devenu ermite au Sahara et finissant sa vie comme les moines de Tibérine, assassiné !!

trés détaillé que ce volume sur la vie d'un homme fascinant. J'avais eu l'occasion de l'étudier lors du prix "Essai France Télévision" en défendant "L'aventure du désert" de CHRISTINE JORDIS; mais ici j'ai des détails que je ne soupçonnais même pas, menant ce saint homme à "l'abjection".

Grosse déception que ces textes sans queue ni tête, ne versant même pas dans l'absurde, rattrapés par un ou deux bons mots...affligeant.
Comme il décevant de lire les oeuvres de Mr ALLAIS et réconfortant de n'en lire que les citations ( c'est d'ailleurs ce qu'on fait en ne lisant pas l'intégralité desdites oeuvres !) 

ami lecteur contente toi des citations de l'auteur ou celles qui lui sont attribuées, car la lecture de l'ensemble est ....consternante et évitable.

Bonne idée cette petite ( par la taille ) collection. On y retrouve des citations convenues , évidemment, mais aussi d'autres qui le sont moins ; le tout béni - si j'ose écrire - par l'incontournable W. ALLEN.

De bons moments, à lire et à relire, sans chercher autre chose !

une vie arrêtée à 37 ans !! dommage car quel acteur , certes très torturé.On pénètre un peu dans sa vie privée, sans trop en casser l'image, mais on apprend pas grand chose !

Un parti pris de l'auteur de ne pas trop en écrire dans le souci de ne pas "radoter" ou trop dire du mal. Le personnage est attachant mais garde son mystère en nous laissant de magnifiques interprétations que l'on revoit avec plaisir, mais avec une certaine gêne.

Sous des apparences anodines de lettres à mes petits enfants imaginaires on sent le professionnalisme. Les conseils sont intelligents et beaucoup de situations difficiles pour les Grands Parents sont évoqués, mais souvent sans les approfondir : dommage. Mais peut être, et même sûrement, il y a d'autres ouvrages à lire de cet auteur habillé de modestie.

On reste un peu sur sa faim !! mais c'est une bonne première mise à plat de ce que devrait faire les Grands Parents. Pour ma part, je ne m'y suis pas complètement retrouvé, trouvant un malin plaisir à dire des bêtises à mes Petits enfants : interdit, mais tellement agréable !!

Petit - mais vraiment petit- ouvrage sans prétention mais amusant à parcourir et à re-parcourir.

Abécédaire dont voici un exemple à la lettre T comme technocrate : " il y a trois méthodes traditionnellement françaises pour ruiner une affaire qui marche : les femmes, le jeu et les technocrates. Les femmes c'est le plus marrant, le jeu c'est le plus rapide et les technocrates c'est le plus sûr "  MICHEL AUDIARD

Une gourmandise pour les amateurs. On retrouve les grands de la mauvaise foi : Desproges, Bazin, Dyler , Bernard...

Intéressant, mais pour un néophyte comme moi, trop de chiffres et d'analyses sociologiques. J'en retire cependant quelques enseignements généraux intéressant sur l'importance de la famille, le repli sur soi de ces immigrés, leur courage, leur capitalisme un peu spécial à coup de petites sommes multipliées par de nombreuses personnes, leurs capacités étonnantes à toute formes de commerces.

Pour un chercheur c'est complet et très finement analysé. Pour un néophyte la question posée " est ce plutot de la faute des Français que les Chinois soient aussi isolées..." est intéressante, mais la réponse est floue !

quel beau voyage !! qui n'aurait pas rêvé de prendre le Transibérien de bout en bout. Je n'ai rien compris au but du voyage ( la Russie est-elle européenne alors même qu'en 10 fuseaux horaires on se demande bien comment elle ferait ? et l'intérêt de cette question m'échappe !!). Quand je pense que cette armée d'écrivains était invitée et se permet de râler, pendant que l'on paye votre ouvrage Mme SALLENAVE 20 € !

Ah il y a de la culture même trop !! d'inconnues références littéraires - du moins pour moi simple lecteur nazebroque - une question existentialiste inutile et un ton un peu hautain !

A la quatrième de couverture on trouve cette phrase ultime : "..Je ne suis pas retenu". Eh bien c'est à se demander sérieusement si l'auteur n'aurait pas du le faire , tant ce livre est creux, foutoir et nombriliste (ah l'ami qui habite un 4 pièces à Levallois c'est à tomber ...de niaiserie )

Une de mes très rares lectures récentes qui me soit tombé des mains. C'est affligeant, quoique , comme d'habitude encensé par la presse de Gauche. A éviter , mais je ne me suis arrêté qu'à la page 120, considérant que dans les 50 pages qui restent il n'y aurait pas rattrapage.

Une somme, un livre pour érudit. M'intéressant à cette période je n'ai pas choisi l'ouvrage le plus facile, mais sans doute le plus précis. Pour être franc j'ai complété ma lecture avec un autre illustré de belles estampes et dessins (Angus Konstam qui a une autre vision ).

je vous l'accorde c'est un peu stupide de mettre une quelconque appréciation ou l'inverse sur un tel travail. Mais j'ai osé !!

lecture en parallèle de l'ouvrage de RILEY SMITH. De la vulgarisation intelligente

L'auteur est ANGUS KONSTAM.

Oui pour celle ou celui qui veut une première approche des Croisades. A compléter avec l'incontournable RILEY SMITH

Attention mortel ennui en vue. On s'emm... sérieusement dans ce livre où il ne se passe rien. A peine sauvé par l'humour et les saillies de l'auteur. Déprimant !!

l'auteur a du style de l'humour et ses saillies sont souvent justes, mais que ce livre est ennuyeux.

Le titre très "marketing" est séduisant,mais on cherche encore où est la conspiration ( quelques mots au dernier quart du livre). Et puis cette romance est-elle vraie ou participe -t-elle d'un "cassage en règle" de la personnalité du Maître ? Bof !!

Darwin est à la mode, mais cet ouvrage n'apporte rien sinon un grand brouillage. Peu de style, pas d'intrigue.

On n'apprend pas grand chose sur le personnage, mais on resitue bien la période et les chanteurs qui ont sévi  à cette époque.

Bien documenté mais pas autre chose !!

bon là il faut avouer ses limites...d'érudition. Autant j'avais beaucoup aimé, en son temps, "au nom de la Rose", autant je suis perdu ici et j'ai lâché prise à la page 420...pour reprendre un peu et finir cet ouvrage d'érudit qui n'est pas fait pour moi. Je ne suis ni FrancMac ni Juif, quoique les premiers, avec leur fort sentiment de supériorité se croient obligés de dire "qu'eux ils s'y retrouvent"..

je suis bien conscient qu'en mettant "pas mal" je vais m'attirer des foudres ( mais franchement qui me lit ??). Le vocabulaire est riche, trop ( prendre son dictionnaire toutes les 3 pages c'est fatigant) l'intrigue et les personnages odieux au possible, bref pour connaisseurs de l'âme humaine.

AH ! quel choc, j'étais resté sur les dialogues des "tontons flingueurs" et à la lecture de cet ouvrage, particulièrement documenté, je suis allé bien au delà du personnage de titi Parisien. 100 films dialogués, 10 romans certainement à lire prochainement .

Bien sûr pour ceux qui s'intéressent un peu au cinéma...de Papa diront certains. Très documenté on y découvre un AUDIARD sensible touché par les catastrophes de la vie, mais très pudique.

d'un intérêt tout relatif. Me donne simplement envie de lire la biographie la meilleure citée dans ce livre.

Du raconting plus qu'autre chose. Mais pour ceux qui aiment le Père pourquoi pas lire ce témoignage ?

Pourquoi tout ce qui touche à l'Irlande ( cinéma de K. Loatch..) a -t-i toujours ce fond de violence, d'humidité et de grands hommes ?

ce livre relate une histoire vraie qui aurait pu se passer ailleurs.

il faut donc le lire sans attendre d'analyse historique mais simplement comment réagir et comprendre pourquoi un ami, un jour ....

C'est bien écrit et plein de néologismes et trouvailles de vocabulaire (c'est peut être un peu la même chose ! ).  C'est fort et à la fois doux en ne cherchant pas à vous convaincre, non simplement raconter..

Une "somme" que ce beau volume !! de belles photos accompagnent un dialogue très précis entre F. TRUFFAUT et SIR ALFRED. Un régal pour les inconditionnels, une leçon pour les autres !!

Un dialogue de qualité, ciselé de détails savoureux et étonnants comme l'anecdote de De GAULLE ayant empêché le retour au cinéma de GRACE KELLY !!

JEAN PHILIPPE GUERAND a fait un excellent et complet travail de recherche ; il n'est que de lire les références en fin de volume pour s'en convaincre. Mais pourquoi ce livre semble froid, à l'opposé d'autres mémoires plus ...vivantes et pétillantes, voire émouvantes (je pense notamment à celles de JC BRIALY ) ? ...

Oui pas mal pour ceux qui s'intéressent à cette période de Cinéma. Le style est propre, précis, mais sans émotion. Quelquefois on se perd dans les citations.

AH que voilà un livre bien curieux. Celà commence fort, tant la langue est belle et le vocabulaire riche; J'y ai même lu la plus belle description en dix pages tout de même d'un "Coucher de soleil". Ensuite celà devient, pour un béotien comme moi, beaucoup plus difficile : en effet les détails sur l'étui pelvien et les habitudes de telle ou telle peuplade on t vite émoussé mon attention. Pour se réveiller à la neuvième partie, feu d'artifices littéraire auquel je n'ai, hélas, pas compris grand chose, sauf que, faute d'une culture suffisante, j'ai l'impression d'être passé à côté de quelque chose de grand.

oui à lire absolument mais avec précaution, tant les thèmes abordés sont complexes. On sent de la grandeur, mais aussi de la petitesse du simple lecteur que je suis. Très belle langue et vocabulaire riche.

pour en savoir un peu plus sur celui qui brigue la Présidence en 2012 et pourrait bien créer une surprise : depuis le temps qu'on le dit. Ce livre n'apporte pas grand chose, mais précise bien le personnage et ses idées non "bousculantes". 

pourquoi pas lire si vous avez le temps, mais rien de bien nouveau.

un titre un peu racoleur qui me fait penser aux livres de Maspéro qu'il était de bon ton de lire à Assas dans les années soixante huit.  Quelques bonnes idées, mais quelques rêves béats....peut être pour un spécialiste y a-t-il matière à changer le monde, mais pour le lecteur de base....

Pourquoi pas, mais un lecture un poil soporifique .

peu d'intérêt dans ce pavé sinon les rencontres...et encore !

beaucoup de papier pour le désespoir...du lecteur

on est loin des mémoires de qualité - je pense à celle JC BRIALY - et, en plus des fautes de syntaxe viennent gâcher la lecture.

Plutôt intéressant et stimulant de se replonger dans l'histoire de France à partir de celle de Paris et de ses stations de métro, même si, quelquefois les liaisons sont un peu "tirées par les cheveux". On révise, c'est super et très prenant quelquefois.

je rajouterai que l'on m'a offert la version photographique qui est un régal.

Un mélange subtil de gouaille et de culture nous permet d'apprécier les promenades de l'auteur dans ce Paris qu'il aime, au delà de l'acteur qu'il est.

pas très intéressant, sauf à vouloir absolument connaître les histoires de c....de Monsieur Oury.

Même pas un style et une syntaxe quelquefois défaillante : passez votre chemin.

Où classer ce récit ? Mais quel choc pour un béotien en histoire de l'Arménie ! Comme son nom pourrait l'indiquer il s'agit, ici, de relater le génocide Arménien de 1915 avec toutes ces horreurs. L'auteur y est précis, réaliste et parfois très dur dans sa relation. Mais ce livre ne vous tombe des mains qu'après avoir tout lu et l'envie d'en savoir plus.

Armez vous de courage pour partager la vie de cette famille décimée, mais vous serez largement payé en retour.

le titre est racoleur et marketing et ce qu'il y a dans le livre n'apporte pas grand chose, même s'il y a de nombreuses pages écrites en petit.

Pour un président ni meilleur ni pire qu'un autre, mais qui a , au moins le mérite de la sincérité. Quant à son savoir faire et à celui de son équipe ! c'est vraiment la définition de la politique " Ne pas faire ce qui est indispensable" .

a moins de vouloir vraiment lire des appréciations approximatives et partiales sur certains hommes politiques.

ce livre laisse un malaise certain car aucune explication n'est faîte sur cette usurpation. Quelle valeur a ce témoignage de quelqu'un qui se plonge dans le monde des petits boulots en en ayant un "Gros" bien payé..Et puis le misérabilisme appuyé n'apporte rien.

pas de style, mais était ce bien le but ? d'ailleurs je m'interroge toujours sur le but de cet ouvrage ...

j'ai eu du mal à entrer dans ce récit, peut être par manque de rythme au début. Mais, progressivement, j'ai voulu en savoir plus sur cet homme et sa compagne devenue Maître à la place de l'élève. Intéressant recadrement historique, mais des erreurs sur le matériel photo (dommage !!).

Pourquoi pas pour ceux qui s'intéressent à la photographie et à ses grands photographes. On y croise SEYMOUR, CARTIER BRESSON.... mais le rythme est un peu absent.

Que voilà un grand livre ! Tout au long de ce témoignage on sent la douleur sincère de l'auteur qui aurait pu se contenter de se taire et évoluer dans son microcosme favorisé. Mais non il a fallut qu'il s'attelle à cette "tâche" redoutable s'opposant, non seulement au Père, mais au Grand Père. J'ai trouvé des éléments de réponse que je n'ai pas su ou vu ou compris dans LITTLE. Les rencontres y sont fortes, redoutables , les amitiés sincères font mal. En plus il y a de belles phrases, de belles paraboles et un vocabulaire riche. Je ne peux dire "Chef d'oeuvre" car ce mot engagerait trop l'auteur, à mon goût, mais peut être son ultime ouvrage ?

oui impérativement à lire, à relire, à souligner puis revenir en arrière rien que pour tester la vérité. Belles phrases, vocabulaire précis, litotes, euphémismes, images fortes tout y est !

je n'avais pas lu la première partie des mémoires de P. PERRET; mais celles-ci sont d'une lecture agréable. Dommage, toutefois que l'on n'ait pas de réponse sur sa brouille avec Brassens et qu'il n'ait pas pu éviter les dernières pages de "milliardaire" inutiles.

on retrouve dans ce récit la verve et le vocabulaire de ses chansons.
on retrouve dans ce récit la verve et le vocabulaire de ses chansons.

Parcours intéressant de cet homme un peu atypique, de gauche intégrant un gouvernement de droite. De bonnes idées, bien au delà du RSA, mais où est la volonté de les mettre en action quand on a quitté le gouvernement ?  L'homme paraît sincère, un poil déma-gogique lorsqu'il refuse toutes les prébendes de la fonction pour garder le même salaire que chez Emmaûs...ne vaut-il pas mieux prendre ce qu'il y a et redonner le "surplus" à des associations ?

Pas de recherche sur un style libre un peu "énarque". Toutes les idées ne sont pas forcément bonnes à prendre pour cause financière, mais on constate, en fait, que si manque ne coûte rien c'est le temps que peu de politiques aiment voir s'écouler sans résultat immédiat.

long livre de plus de 600 pages où tout se passe dans la jungle, on a l'impression d'un vase clos. Toujours les mêmes hommes qui surveillent, toujours l'obsession de s'évader.... Peu de choses sur le contexte politique lui-même. Au delà de cette épreuve qu'a subit l'auteur - on en sent très  précisemment l'horreur - était-ce quelque chose à partager tant on est quelquefois gêné par les évènements quotidiens.

pour les inconditionnels de cette personnalité hors du commun. Pas de prouesse littéraire ni de phrases alambiquées . C'est brut d'émotion. Une trame dramatrique cependant où le lecteur s'immisce pour savoir - quoiqu'il le sache déjà - si l'évasion ultime est la bonne.

livre déroutant, même s'il m'a été expliqué par sa traductrice Melle Antoinette WEIL lors du salon du livre 2010. Aventure extraordinaire que ces archives retrouvées des mémoires d'une fillette de six ans, au langage et à la syntaxe propres à de biens plus grandes personnes. Fille du Prince d'Orléans, fille d'un bucheron de l'Orégon, le mystere demeure même encore aujourd'hui.

même s'il faut bien être conscient que la lecture d'un tel ouvrage n'est pas facile, on y revient souvent...les personnages aux noms étranges se croisent et se recroisent...pour les chercheurs uniquement ?

Un régal que cette plongée dans la carrière de ce grand acteur. Pas de nombrilisme, mais une vie bien remplie, assumée avec talent at une certaine allure.

se lit avec plaisir et un vocabulaire varié qui n'hésite pas à être, quelquefois, trivial. Si vous avez aimé les mémoires de JC BRIALY, vous aimerez celle de P. NOIRET

une approche originale non romanesque de la Chine. Peu de surprises dans les dix mots choisis, mais une bonne dans la façon dont le héros découvre la lecture. Le mot "faux" est développé et on comprend un peu mieux, tout en étant dérouté en tant qu'occidental, l'importance des ces faux en Chine.

Dans le reste des mots on se perd un peu dans des développements pour initiés.

pour l'originalité de la présentation. La traduction, par contre, ne me paraît pas d'un haut niveau, donnant l'impression que l'auteur écrit comme il parle !!

amusant ces psychanalistes !! Mr TISSERON propose, ici, une analyse qui ne paraît pas personnelle ( le secret de la naissance de HERGE) mais qui est bien étayée par de nombreux signes. Le lecteur jugera de l'utilité de ce genre d'ouvrage.

pour les inconditionnels de la psychanalyse. Un point positif tout de même : une relecture (partielle, très partielle) des textes et des personnages d'HERGE.

beaucoup d'ouvrages sur la guerre qui a du mal à s'appeler ainsi. Celui-ci vaut par le témoignage sur la torture, coeur du livre. Les témoignages sont intéressants car venant, souvent, de la base : les appelés.

se lit , avant tout, comme une liste de témoignages sans littérature ni phrases inutiles.

Ce témoignage, sans grande qualité littéraire, ne vaut que par les 54 premières pages au cours desquelles l'auteur nous décrit l'horreur de cet attentat. Le reste n'est que plaintes, pour quelqu'un qui a l'air passablement privilégié. Il nous rebat, en effet, sans cesse la liste de ces relations, la remise de sa médaille, les réunions du rotary , j'en passe et des pires.

oui à éviter, au moins à partir de la 54Ième page. Peu d'intérêt.

d'ERIC LAURENT . accrochez vous c'est du sérieux. Ce journaliste a rencontré les plus grands ( mais souvent inconnus) stratèges de plusieurs pays. C'est un peu confus, souvent difficile de s'y retrouver dans ce grand labyrinthe. Les pages 192 à 195 essaient d'être didactiques et y arrivent. Dans le reste le lecteur est consterné par les chefs d'Etat qui changent d'alliés, qui trahissent...les différents affidés d'Al quaeda à travers le monde, les ramifications qui font peur, l'absence de morale, ....si vous ne croyez plus à vos politiques, vous aurez de l'eau à votre moulin.

à condition de prendre "à bras le corps" la masse de documents et de bien comprendre l'analyse qui est faîte; Il ne serait pas superflu de lire d'autres thèses.

peu d'intérêt dans ce très (trop !) long ouvrage. Un road movie au sein du pouvoir où l'ennui prévaut. Même les bruits de "gogue" de la bagarre SARKOZY VILLEPIN n'ont aucun intérêt. Quant à la plainte lancinante du politique sur le manque de la vie de famille....comme si on les avait obligés...bien triste.

le style se veut pompeux, mais on a du mal à s'y retrouver dans les observations. Qui parle ? LEMAIRE, VILLEPIN, LE PRESIDENT...